Le porno promet une satisfaction immédiate, une excitation sans fin, et une intimité facile, mais au final, il enlève tout cela aux consommateurs. Plus un individu consommera du porno, et plus il aura tendance à se retirer émotionnellement des vraies personnes et de se baser sur le porno. Finalement, il devient plus difficile d’être excité par une personne réelle ou pour former une véritable relation, et l’isolation et la solitude qui en découlent attisent le besoin de regarder plus de porno.

L’auteure et activiste politique Naomi Wolf a voyagé autour des États-Unis pour parler avec des étudiants des relations. “Lorsque je parle de la solitude, un silence profond et triste s’étend sur l’audience, que ce soient des jeunes hommes ou des jeunes filles”, dit-elle. “Ils savent qu’ils sont seuls ensemble…et que le porno fait partie de cette solitude. Ce qu’ils ne savent pas, c’est comment s’en sortir.” [1]

Mais en quoi le porno est-il lié à la solitude ?

“Plus quelqu’un utilisera la pornographie et plus il sera seul”, déclare le D. Gary Brooks, un psychologue qui travaille depuis les 30 dernières années avec des personnes dépendantes du porno. [2] “A partir du moment où [une personne] passe beaucoup de temps dans la sphère pornographique, cela devient à coup sûr une expérience déprimante, rabaissante et de dégout de soi.” [3] Plus les personnes ont une faible opinion d’elles-mêmes et plus elles cherchent du réconfort où elles peuvent en trouver. Normalement, elles pourraient se tourner vers leurs proches afin de les aider à passer ce moment difficile – un partenaire, un ami ou un membre de la famille. Mais la majorité des consommateurs de porno n’ont pas envie de parler de leurs habitudes, encore moins à leur partenaire. Alors ils se tournent vers la source de “réconfort” la plus simple : plus de porno.

“Lorsqu’un partenaire utilise du porno à haute fréquence,”, explique le chercheur D. Ana Bridges, “il peut y avoir une tendance à se retirer émotionnellement de la relation.” [4] Cela est partiellement du au fait que la consommation de porno entraîne une réécriture du cerveau afin de connecter l’excitation sexuelle aux fantaisies du porno, [5] (voir Commentla pornographie transforme le cerveau) ce qui rend plus difficile pour le consommateur d’être excité par une vraie personne, dans une vraie relation. [6] (Voir De quelle façon le porno endommage les vies sexuelles de ses consommateurs.)

Selon Bridges, alors qu’un consommateur de porno se retire de sa relation, il vit “plus de secrets, moins d’intimités et également plus de dépression”. [7] Les études ont montré que lorsque les personnes s’engagent dans un motif récurrent d’“auto-dissimulation” – lorsque quelqu’un fait quelque chose dont il n’est pas fier et qu’il garde secret – cela blesse leurs relations et les laisse dans la solitude, mais cela les rend également plus vulnérables à de sérieux problèmes psychologiques. [8] Pour les consommateurs de porno hommes et femmes, leurs habitudes sont souvent accompagnées de problèmes comme de l’anxiété, de problèmes d’image de soi, de problèmes de confiance en soi, de problèmes relationnels, d’insécurité et de dépression. [9]

Cela peut être une raison pour laquelle les consommateurs de porno ont autant de mal avec les personnes les plus proches d’eux. Les études ont constamment montré que les consommateurs de porno ont tendance à être moins amoureux et à avoir moins confiance en leur mariage. [10] Ils vivent également une communication plus négative avec leur partenaire, se sentent moins impliqués dans leur relation, ont plus de mal à s’ajuster à leur partenaire, ont moins de plaisir sexuel et sont plus infidèles. [11] De plus, les époux(ses) des consommateurs de porno rapportent moins d’intimité dans leur mariage et un sentiment d’être moins compris(es) par leur partenaire consommateur de porno. [12] Les experts en relations, docteurs John et Julie Gottman, expliquent, “il existe de nombreux facteurs sur l’utilisation du porno qui peuvent menacer l’intimité d’une relation, ce qui, pour les couples, est une source de connexion et de communication entre deux personnes. Mais lorsqu’une personne devient habituée à se masturber devant du porno, ils se séparent petit à petit d’une interaction intime.”

La deuxième raison pour laquelle les consommateurs de porno ont du mal avec leurs relations est à cause de la nature du porno. Le porno décrit à la fois les hommes et les femmes comme un simple corps, avec un but simple : donner et recevoir du plaisir sexuel. [13] Que les consommateurs de porno soient d’accord ou pas, ces perceptions commencent à biaiser la façon dont ils se voient et dont ils voient les personnes dans la vraie vie. [14] Plus il devient difficile pour les utilisateurs de se voir et de voir les autres comme autre chose que des objets sexuels, et plus difficile il sera de développer et d’entretenir de véritables relations. [15]

“Il existe une façon de vivre l’excitation sexuelle, qui est l’opposé de la proximité”, explique Brooks. “Au mieux, certaines personnes arrivent à le gérer, mais dans la majeure partie du temps, cela crée une barrière qui empoisonne les relations.” [16] Les Gottmans continuent à expliquer, “lorsqu’il regarde de la pornographie, l’utilisateur est en contrôle total de l’expérience sexuelle, contrairement au sexe normal pendant lequel les partenaires partagent le contrôle. C’est pourquoi un utilisateur de porno peut former une attente irréaliste que le sexe doive être sous le contrôle d’une seule personne…l’objectif relationnel de la connexion intime en est confondu, et finalement perdu.”

Le porno promet une satisfaction immédiate, une excitation sans fin, et une intimité facile, mais au final, il enlève tout cela aux consommateurs.

Le type d’intimité que le porno offre n’est rien de plus qu’une titillation sexuelle. La véritable intimité offre tellement plus. La véritable intimité est un monde d’excitation et de satisfaction qui ne disparaît pas lorsque l’écran s’éteint. C’est le risque extraordinaire d’être vulnérable avec une autre personne. C’est l’inviter non seulement dans sa chambre, mais également dans sa vie et dans son cœur. La véritable intimité, c’est ce que nous donnons, et pas seulement ce que l’on reçoit. Elle est centrée sur les autres, et pas seulement sur soi. L’intimité, c’est comprendre quelqu’un à un niveau que le porno ne pourra jamais atteindre, et vivre une l’expérience profonde d’être écouté – réellement écouté – en retour. C’est se voir à travers les yeux de quelqu’un d’autre, et se soucier des autres autant que l’on se soucie de soi. C’est l’expérience étonnante, déroutante, merveilleuse que les artistes et les philosophes essayent de décrire depuis la nuit des temps.

C’est l’opposé de la solitude. C’est l’amour.

Citations
[1] Wolf, N. (2003). The Porn Myth. New York Magazine, Oct. 20.
[2] Brooks, G. R., (1995). The centerfold syndrome: How men can overcome objectification and achieve intimacy with women. San Francisco: Bass. Cited in Yoder, V. C., Virden, T. B., & Amin, K. (2005). Internet Pornography and Loneliness: An Association? Sexual Addiction and Compulsivity, 12, 19-44. doi:10.1080/10720160590933653
[3] Interview with Dr. Gary Brooks, Oct. 23, 2013.
[4] Weir, K. (2014, April). Is pornography addictive? Monitor on Psychology. 45(4) 46. Retrieved from http://www.apa.org/monitor/2014/04/pornography.aspx
[5] Love, T., Laier, C., Brand, M., Hatch, L., & Hajela, R. (2015). Neuroscience of Internet Pornography Addiction: A Review and Update, Behavioral Sciences, 5(3), 388-433. doi: 10.3390/bs5030388; Pitchers, K. K., et al. (2013). Natural and Drug Rewards Act on Common Neural Plasticity Mechanisms with DeltaFosB as a Key Mediator. Journal of Neuroscience, 33(8), 3434-3442. doi:10.1523/JNEUROSCI.4881-12.2013; Hilton, D. L. (2013) Pornography addiction—a supranormal stimulus considered in the context of neuroplasticity. Socioaffective Neuroscience and Technology 3. 20767. doi:10.3402/snp.v3i0.20767; Nestler, E. J., (2008) Transcriptional mechanisms of addiction: role of DeltaFosB, Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 363(1507) 3245-3255. doi:10.1098/rstb.2008.0067; Doidge, N. (2007). The Brain That Changes Itself. (208-209) New York: Penguin Books.
[6] Park, B. Y., et al. (2016). Is Internet Pornography Causing Sexual Dysfunctions? A Review with Clinical Reports. Behavioral Sciences, 6, 17. doi:10.3390/bs6030017; Voon, V., et al. (2014). Neural Correlates of Sexual Cue Reactivity in Individuals with and without Compulsive Sexual Behaviors, PLoS ONE, 9(7), e102419. doi:10.1371/journal.pone.0102419; Kalman, T. P., (2008). Clinical Encounters with Internet Pornography, Journal of the American Academy of Psychoanalysis and Dynamic Psychiatry, 36(4), 593-618. doi:10.1521/jaap.2008.36.4.593; Doidge, N. (2007). The Brain That Changes Itself. (104) New York: Penguin Books; Paul, P. (2007). Pornified: How Pornography Is Transforming Our Lives, Our Relationships, and Our Families. New York: Henry Hold and Co., 105.
[7] Weir, K. (2014, April). Is pornography addictive? Monitor on Psychology. 45(4) 46. Retrieved from http://www.apa.org/monitor/2014/04/pornography.aspx
[8] Laird, R. D., Marrero, M. D., Melching, J. A., and Kuhn, E. S. (2013). Information Management Strategies in Early Adolescence: Developmental Change in Use and Transactional Associations with Psychological Adjustment. Developmental Psychology, 49(5), 928–937. doi:10.1037/a0028845; Luoma, J. B., et. al. (2013). Self-Stigma in Substance Abuse: Development of a New Measure. Journal of Psychopathology and Behavioral Assessment, 35, 223–234. doi:10.1007/s10862-012-9323-4; Rotenberg, K. J., Bharathi, C., Davies, H., and Finch, T. (2013). Bulimic Symptoms and the Social Withdrawal Syndrome. Eating Behaviors, 14, 281–284. doi:10.1016/j.eatbeh.2013.05.003; Frijns, T. and Finkenauer, C. (2009). Longitudinal Associations Between Keeping a Secret and Psychosocial Adjustment in Adolescence. International Journal of Behavioral Development, 33(2), 145–154. doi:10.1177/0165025408098020
[9] Flisher, C. (2010). Getting Plugged In: An Overview of Internet Addiction. Journal of Paediatrics and Child Health 46: 557–559. doi:10.1111/j.1440-1754.2010.01879.x; Layden, M. A. (2010). Pornography and Violence: A New look at the Research. In Stoner, J., & Hughes, D. (Eds.) The Social Costs of Pornography: A Collection of Papers (pp. 57–68). Princeton, NJ: Witherspoon Institute; Kafka, M. P. (2000). The Paraphilia-Related Disorders: Nonparaphilic Hypersexuality and Sexual Compulsivity/Addiction. In Leiblum, S. R., & Rosen, R. C. (Eds.) Principles and Practice of Sex Therapy, 3rd Ed. (pp. 471–503). New York: Guilford Press.
[10] Henline, B. H., Lamke, L. K., & Howard, M. D. (2007). Exploring perceptions of online infidelity. Personal Relationships, 14, 113-128. doi:10.1111/j.1475-6811.2006.00144.x; Stack, S., Wasserman, I., & Kern, R. (2004). Adult social bonds and the use of Internet pornography. Social Science Quarterly, 85, 75-88. doi:10.1111/j.0038-4941.2004.08501006.x; Schneider, J. P. (2000). Effects of cybersex addiction on the family: Results of a survey. Sexual Addiction and Compulsivity, 7, 31-58. doi:10.1080/10720160008400206
[11] Maddox, A. M., Rhoades, G. K., & Markman, H. J. (2011). Viewing Sexually-Explicit Materials Alone or Together: Associations with Relationship Quality. Archives of Sexual Behavior, 40(2), 441-448. doi:10.1007/s10508-009-9585-4
[12] Bergner, R., & Bridges, A. (2002). The significance of heavy pornography involvement for romantic partners: Research and clinical implications. Journal of Sex and Marital Therapy, 28, 193-206. doi:10.1080/009262302760328235
[13] Paul, P. (2007). Pornified: How Pornography Is Transforming Our Lives, Our Relationships, and Our Families. New York: Henry Hold and Co., 80; Mosher, D. L., & MacIan, P. (1994). College Men and Women Respond to X-Rated Videos Intended for Male or Female Audiences: Gender and Sexual Scripts. Journal of Sex Research 31, 2: 99–112. doi:10.1080/00224499409551736
[14] Interview with Dr. Gary Brooks, Oct. 23, 2013. Peter, J. & Valkenburg, P. M., (2016) Adolescents and Pornography: A Review of 20 Years of Research. Journal of Sex Research, 53(4-5), 509-531. doi:10.1080/00224499.2016.1143441; Rothman, E. F., Kaczmarsky, C., Burke, N., Jansen, E., & Baughman, A. (2015). “Without Porn…I Wouldn’t Know Half the Things I Know Now”: A Qualitative Study of Pornography Use Among a Sample of Urban, Low-Income, Black and Hispanic Youth. Journal of Sex Research, 52(7), 736-746. Doi:10.1080/00224499.2014.960908
[15] Paul, P. (2007). Pornified: How Pornography Is Transforming Our Lives, Our Relationships, and Our Families. New York: Henry Hold and Co., 79; Lyons, J. S., Anderson, R. L., & Larsen, D. (1993). A Systematic Review of the Effects of Aggressive and Nonaggressive Pornography. In Zillmann, D., Bryant, J. & Huston, A. C. (Eds.) Media, Children and the Family: Social Scientific, Psychodynamic, and Clinical Perspectives (p. 305). Hillsdale, N.J.: Erlbaum Associates.
[16] Interview with Dr. Gary Brooks, Oct. 23, 2013.

Send this to a friend